Les mécanismes d’apparition des tensions et des crampes musculaires.

Les renvois aux différentes pages concernent mon livre
« Réduire au silence 100 maladies avec le régime Seignalet »
Editions Thierry Souccar - 377 pages - mars 2013

Plan.

  1. Introduction.
  2. Les mécanismes d’apparition des tensions et des crampes musculaires. Quels sont les facteurs ?
  • La qualité des parois cellulaires.
  • Le Magnésium.
  • Le Calcium.
  • Le Potassium.
  • Le Sodium.
  • La Taurine (acide aminé contenant du soufre).
  • Le Fer.
Le scénario d’apparition des tensions et des crampes musculaires. Le scénario de la disparition des tensions et des crampes musculaires. Conclusion.

 

1) Introduction

Bien que ma carrière de pharmacien d’officine ait été courte (à cause de mes fonctions de Biologiste Hospitalier, puis de Maire et Conseiller général), j’ai vu beaucoup d’ordonnances qui prescrivaient un seul médicament contre les crampes : le benzoate de Quinine (Héxaquine). J’avoue que dans la majorité des cas, c’était inefficace. De plus, ce médicament à de nombreux effets indésirables et aussi des contre-indications.

J’ai été confronté à des crampes. Il n’y avait à mes yeux aucune solution, sinon se lever en pleine nuit, agiter la jambe et surtout envelopper la crampe musculaire d’un linge bouillant. La vasodilatation des vaisseaux arrêtait la crampe. Pour autant, je n’avais jamais réglé mon problème. Cela me fait penser à la remarque pleine de charme d’une enfant que la mère venait de consoler. Cette mère montait coucher sa petite fille. En montant les escaliers derrière sa maman, l’enfant disait : « Maman mon problème me suit ». Les crampes aussi me suivaient. J'ai fini par trouver la solution au problème des crampes.

Les crampes sont très fréquentes. J'ai pu le constater au cours de mes entretiens. Aujourd'hui par un simple apport efficace en Magnésium – Vitamine B6, parfois associé à de la Taurine, on peut réduire définitivement les crampes, en 15 jours à trois semaines. Le Magnésium doit être pris en continu, sinon les crampes reviennent.

Les crampes constituent l'arbre qui cache la forêt. Cette forêt est faite de tensions musculaires du dos : le dos fait mal. C’est aussi la disparition d’une marche souple et élastique, c’est une tension artérielle irréductible par les antihypertenseurs.

Des études cliniques, en double aveugle (ni le médecin qui examine, ni le patient qui prend des gélules ne sont au courant du protocole. Il y a bien deux aveugles : le médecin et le patient), ont démontré que la prise quotidienne de Magnésium, abaissait la tension maximale de 3,5 à 6 points. Ainsi une tension de niveau constant de maxima à 18 pouvait passer à 12 - 14,5. Le Magnésium a une action vasorelaxante.

J'ai eu le cas d’une patiente, qui dès l’âge de 20 ans, présentait une hypertension artérielle avec des maxima à 17 – 18. Elle vient me voir pour régler un problème pratique : faire disparaître ses callosités sous les métatarses (zone articulaire qui suit les doigts de pied), sa marche était devenue insupportable. Les callosités relèvent des maladies d’élimination (chapitre 9, page 143). Elle adopte sérieusement la diététique sans gluten, ni laitage, associée aux compléments alimentaires et à l’huile équilibrée en omégas 3/6. Elle reçoit chaque jour 450 mg d’élément Magnésium. Trois mois plus tard, les callosités ont disparu et cela ne m’a pas étonné. C’est son médecin traitant qui sera étonné. Depuis 20 ans, cette patiente prend des antihypertenseurs mais sa tension artérielle restait à 17 - 18. Quand le médecin revoit sa patiente la tension est retombée comme par miracle à 12 – 13. Mais, je ne serai pas étonné de l’incrédulité du médecin. Il ignorait probablement que le Magnésium est un inhibiteur calcique, à ce titre, il a une action anti-hypertensive.

Toutes les tensions des fibres musculaires lisses des parois de la circulation artério-veineuse font vieillir le coeur par oxydation. En cas d'infarctus du myocarde ou d’AVC thrombotique (Accident Vasculaire Cérébral), les carences en Magnésium aggravent la situation.

Vous allez comprendre pourquoi le Magnésium joue un rôle central dans les pathologies des tensions et des crampes musculaires.

 

2) Les mécanismes d'apparition des tensions et des crampes musculaires. Quels sont les facteurs?

Comme dans toutes les réactions biologiques, il y a plusieurs intervenants, c'est comme au théâtre. Les principaux acteurs sont :

  • La qualité des parois cellulaires.
  • Le Calcium.
  • Le Magnésium.
  • Le Potassium.
  • Le Sodium.
  • La Taurine (Acide aminé).
  • Le Fer.
  • La qualité des parois cellulaires.

La paroi est un peu le décor de cette mise en scène. Si cette paroi est constituée d’un équilibre entre les graisses saturées, les omégas 3, les omégas 6 et le cholestérol, les mouvements des acteurs devraient se dérouler facilement. C’est vrai qu’il y a des sorties et des entrées d’acteurs à travers cette paroi. Ce sont des échanges. Mais il y a des perturbateurs à ces mouvements :

  • Les Statines, ces médicaments qui limitent la synthèse du cholestérol sont de grands perturbateurs. On sait que le cholestérol est un composant des parois cellulaires et qu’il est nécessaire à la qualité des échanges. Pourquoi oublier qu’il est présent en moyenne à 25% dans toutes les parois cellulaires, y compris les cellules osseuses et les entérocytes (chapitre 5, page 58) qui limitent la fuite de l’intestin grêle. Comment s’étonner des douleurs musculaires fréquentes chez les patients soumis aux Statines, près de six millions en France. On veut protéger le coeur face au cholestérol innocent (visitez le site du Dr Michel de Lorgeril, cardiologue et chercheur), en réalité, par les Statines, on attaque les parois des cellules musculaires cardiaques et celles des vaisseaux coronaires qui irriguent le coeur. Les Statines, en modifiant la qualité des parois musculaires, facilitent la fuite du Magnésium intracellulaire, et ce mécanisme participe aux tensions et aux crampes musculaires.
  • Une mauvaise alimentation, un mauvais choix des graisses sont autant de facteurs négatifs pour la qualité des parois cellulaires des muscles et des vaisseaux.
  • Le déficit en antioxydants favorise l’oxydation des lipides omégas 3/6 des parois cellulaires (Annexe 3 page 347 et annexe 4 page 357). A son tour l'oxydation déstructure la qualité des parois des cellules musculaires et vasculaires.

    Il faut être conscient que dans les parois cellulaires, il y a des canaux, sortes de tunnels, à travers lesquels s’échangent les différents intervenants comme le Magnésium, le Calcium, le Potassium et le Sodium.

    La mauvaise qualité des parois et des canaux cellulaires est un facteur prédisposant aux tensions et aux crampes musculaires.

  • Le Calcium

    Le Calcium comme le Magnésium intervient dans le scénario. Son rôle ne se cantonne pas à construire du tissu osseux ou à maintenir l’équilibre acido-basique du sang (le pH sanguin situé entre 7,40 et 7,42 est légèrement alcalin). Le Calcium est un intervenant majeur de la contractibilité des fibres musculaires lisses et striées.

    Trop de Calcium dans les cellules musculaires entraîne une tension ou une forte contraction. A l’inverse, une carence en Calcium est associée à de faibles contractions qui posent des problèmes d’efficacité au niveau des muscles du squelette et du tissu cardiaque. Les cellules se rechargent plus en Calcium la nuit que le jour. Les crampes sont souvent nocturnes. Tout se passe comme si on refaisait les stocks du Calcium des cellules la nuit, au moment du repos musculaire. On se prépare aux efforts physiques du lendemain. On peut comparer ce mécanisme biologique aux réapprovisionnements des rayons des grandes surfaces, en dehors des heures d’ouverture.

  • Le Magnésium.

    Sous des aspects compliqués, la biologie cellulaire obéit à des principes simples que j’ai souvent évoqués, et qui vont se développer en cascades.
    Un des principes est le suivant : « A un accélérateur correspond un frein ». Cette association de l'accélérateur et du frein maintient l'organisme en équilibre dans des limites acceptables, compatibles avec la vie. Nous retrouvons ce principe dans la voiture : le frein et l’accélérateur sont deux éléments qui permettent de rouler en respectant les panneaux de vitesse compatibles avec notre survie.

    Le taux de Magnésium dans les cellules limite l’entrée excessive du calcium. Par voie de conséquence, il limite le niveau de la contractibilité des fibres musculaires, donc des tensions et des crampes musculaires. La carence en Magnésium, très fréquente (70% à 90% de la population), est déterminante non seulement dans l’apparition des troubles musculaires mais elle est aussi à l’origine des calculs rénaux à oxalate de calcium, des dépôts de calcium dans les artères, dans les tendons et dans les seins chez les femmes.

    Je me souviens du cas clinique d’une femme dont les seins étaient criblés de dépôts calciques dès l’âge de 25 ans. Prise en charge à 60 ans pour une polyarthrite rhumatoïde, elle va adopter très sérieusement la diététique sans gluten, ni laitage, ni maïs, toujours associée aux compléments alimentaires et à un apport entre 450 mg et 600 mg par jour d’élément Magnésium. Deux ans plus tard, à l’occasion d’une radiographie de contrôle, tous les dépôts calciques des seins avaient disparu. Etonnés, les radiologues la convoquent à nouveau pour un contrôle qui confirmera la radiographie précédente.

    Pendant longtemps les médecins ont déconseillé la prise de Calcium et de Magnésium au même moment, au prétexte que l’un empêchait l’autre de pénétrer dans le sang. On disait dans les années 60 que ces deux minéraux étaient incompatibles. On sait, depuis plus de 20 ans, que cette notion est fausse : « Le Calcium et le Magnésium, contrairement à ce que l’on pensait, sont absorbés à des sites différents de l’intestin et ne sont pas antagonistes à moins d’atteindre des doses extrêmement déséquilibrées », (Dr Jean-Paul Curtay – Nutrithérapie – p.348). Encore aujourd’hui, il existe des médecins qui alertent leurs patients en leur disant que la prise simultanée de Magnésium et de Calcium est un non sens.

  • Le Potassium.

    Le Potassium est très important dans le milieu intra cellulaire. Son niveau est estimé entre 120 et 150 mmol/litre. Dans le milieu extracellulaire (le plasma), son niveau est situé entre 3,5 et 5,5 mmol/litre.

    Une des actions du Potassium consiste à réguler la force de contraction de la fibre musculaire, induite par le Calcium. Ainsi les carences en Potassium (fréquentes), s’ajoutant à celles du Magnésium, vont être un facteur de prédisposition supplémentaire à provoquer des crampes ou des tensions musculaires. La forte carence en Potassium dans le sang (hypokaliémie) installe un désordre hydro-électrique menaçant le muscle du coeur et donc la vie du patient par la survenue de troubles du rythme cardiaque.

    On découvre ici un deuxième mécanisme « accélérateur – frein ». D’un côté, le Calcium accroît sa force de contraction, de l’autre le Potassium réduit cette contraction pour qu’elle devienne normale. Ainsi l’entrée du Calcium est freinée par le Magnésium, la force de contraction déclenchée par le Calcium est à son tour freinée par le Potassium.

  • Le Sodium.

    Le Sodium intra cellulaire est pauvre, environ 10 à 20 mmol/litre, alors que le Sodium extracellulaire (plasmatique) est riche entre 135 et 145 mmol/litre. Le Sodium et le Potassium sont le 3ème mécanisme « accélérateur – frein ». Si l’un baisse l’autre augmente. Il existe un autre mécanisme « accélérateur – frein » entre le Sodium et le Magnésium. La carence en Magnésium intracellulaire induit une entrée de Sodium dans la cellule. Le Sodium apporte toujours avec lui de l’eau. Les cellules sont surchargées en eau par déficit en Magnésium. L’apport en Magnésium s’accompagne toujours, dès les premiers jours, de perte de poids. Cette perte de poids est due uniquement à la sortie de l’eau excédentaire liée au Sodium dans les cellules. Cette eau est éliminée par voie rénale avec le Sodium excédentaire.

  • La Taurine.

    La Taurine est un acide aminé soufré, composant de base des protéines. Elle est davantage présente dans les poissons et les crustacés. Elle est synthétisée par l’organisme à partir d’un autre acide aminé : la Cystéine. Vous retrouvez cette Cystéine sous une forme dérivée appelée Cystine dans les compléments alimentaires pour les ongles mous, cassants et pour les cheveux. Il y a une façon élégante et économique d’apporter chaque jour de la Cystéine. Il suffit de prendre un à deux sachets ou comprimés de N-acétyl cystéine 200 mg, plus connu sous le nom de Mucomyst qui est prescrit ou conseillé pour lutter contre la toux grasse. Mais pour être efficace, la N-acétyl cystéine doit être prise associée à des compléments alimentaires. C’est toujours la même chose : seul on n’est rien.

    En prenant régulièrement de la N-Acétyl cystéine, on produit non seulement de la Taurine, mais on renforce la chaîne anti-oxydante (Annexe 4 page 373) grâce au glutathion qui est un tripeptide composé de trois acides aminés : la cystéine, la lysine et la glutamine. En renforçant la chaîne anti-oxydante, on protège les parois cellulaires de l’oxydation et on limite la fuite du Magnésium à l’extérieur des cellules.

    A l’action du glutathion s’ajoute celle de la Taurine qui stabilise et protège les parois cellulaires. Elle limite aussi leur oxydation, et par voie de conséquence la fuite cellulaire du Magnésium. On dit que la Taurine est un économiseur de Magnésium. A son tour, le Magnésium protège la Taurine de l’oxydation. C’est le principe « gagnant – gagnant ».
    La biologie cellulaire fait le maximum pour garder le Magnésium dans les cellules.

  • Le Fer est utile et dangereux.

    Utile : le Fer est un élément important de l’hémoglobine (pigment interne du globule rouge). C’est elle qui transporte l’oxygène au plus profond de l’organisme. Il est indispensable à la synthèse de la Dopamine, neurotransmetteur qui augmente le matin et qui nous réveille pour aller affronter une nouvelle journée. S’il est trop bas, la synthèse de Dopamine diminue. En conséquence, on n’a pas envie de se lever. S’il diminue trop, notre stress augmente, l’autre neurotransmetteur, la Sérotonine s’effrite : nous sommes aux portes de la dépression ou du Burn out.

    Dangereux : le Fer facilite la multiplication des cellules cancéreuses, des virus et des bactéries au cours d’infections. Donner du Fer en période infectieuse, c’est aider l’infection à se répandre. C’est un signe d’incompétence en nutrithérapie du prescripteur. Pour exemple, je rappelle que j’ai rencontré au printemps 2011, un jeune homme, atteint d’une maladie de Crohn. Le Centre hospitalier Régional avait prescrit 66 mg de Fer, 3 fois par jour. Son médecin traitant, depuis 3 ans suivait aveuglément les conseils du Centre Hospitalier. Il ne faut pas s’étonner de l’éclosion d’abcès dans le côlon, ni de l’oxydation cellulaire de l’intestin grêle et du côlon. Ma mise en garde, n’a servi à rien car le Centre Hospitalier ne pouvait pas se tromper depuis trois ans !

    Le Fer est aussi dangereux en presence de vitamines C, E et d'anti-oxydants. Dans ces conditions, il active la production d'une molecule tres oxydante, le Radical hydroxyle (OH„^) impossible a neutraliser (Annexe 4 page 364). Par contre le Fer apporte sous forme alimentaire (boudin noir, foie de volaille) n'interagit pas avec les antioxydants.

    L’association de Fer et de vitamine C est donc franchement déconseillée. Or le 10 avril 2012, j’apprends qu’une patiente anémique atteinte d’un cancer du sein avec des métastases hépatiques se voit conseiller depuis plusieurs mois du Fer et de la vitamine C. C’est le conseil d’un médecin oncologue parisien. Cet oncologue qui met en place la stratégie anticancer commet deux erreurs :

    La première prescrire dans un cancer un taux élevé de Fer (100 mg) associé à 500 mg de vitamine C par jour. Pour indication, les AJR du Fer ne sont qu’à 14 mg par jour.

    La deuxième erreur est de méconnaître la biochimie de l’anémie inflammatoire. En effet cette anémie est un déficit de production de globules rouges par la moelle osseuse à cause des molécules inflammatoires du système immunitaires : les cytokines (Annexe 1 page 327). De plus cette patiente à un dosage de Ferritine (molécule de stockage du Fer) qui est légèrement élevé. Ce dosage indique que l’apport en Fer est inutile et déconseillé. Une fois de plus, l’incompétence est au rendez-vous.

    La carence en Magnésium augmente l’entrée du Fer dans les cellules, donc favorise l’oxydation des parois cellulaires.

 

3) Le scénario d'apparition des tensions et des crampes musculaires.

Le déroulement pour les entrées en scène est le suivant :

  1. Manque de Magnésium.
  2. Entrée importante de Calcium dans les cellules musculaires.
  3. Fuite du Potassium.
  4. Augmentation de la contraction sans frein par baisse du Potassium
  5. Entrée du Sodium entrainant une surcharge en eau.
  6. Entrée du Fer provoquant des oxydations cellulaires;
  7. Résultat : installation des tensions et des crampes musculaires.

 

 

 

4) Le scénario de la disparition des tensions et des crampes musculaires.
  1. Apport efficace en Magnésium entre 450 mg et 600 mg d’élément Magnésium chez un adulte. Pour un enfant, 7 à 9 mg par kilo et par jour. Pour cela j’utilise les ampoules de Mag 2 injectable qu’on peut aussi boire, elles sont dosées à 80 mg d’élément Magnésium ou les ampoules buvables à 122 mg, le Mag2 sachet 183 mg de Magnésium élément sous forme de pidolate, le glycérophosphate de Magnésium dont une cuillère à café rase se situe entre 180 à 230 mg de Magnésium élément, selon que le glycérophosphate est léger ou plus dense.
  2. L'entrée du Calcium juste nécessaire est contrôlée par le Magnésium.
  3. Le Potassium revient dans la cellule pour réguler la contraction musculaire induite par le Calcium.
  4. La contraction musculaire redevient normale.
  5. Sortie du Sodium et de l’eau des cellules musculaires.
  6. Mise à la porte du Fer et limitation de ses entrées.
  7. Résultat : arrêt en 15 jours à 3 semaines des tensions et des crampes musculaires.

 

 

5) Conclusion
  • Pour réduire les tensions et les crampes musculaires, le scénario avec le Magnésium est toujours efficace et sans danger.
  • On est loin des inconvénients provoqués par le benzoate de quinine. Le résultat est efficace à près de 100% entre 15 jours et 3 semaines. Le Magnésium ne doit jamais être donné de façon isolé. Il doit être associé aux vitamines généralistes sans Fer, sans Cuivre, aux anti-oxydants et aux huiles alimentaires équilibrées en omégas 3/6. Qu’on peut enrichir en vitamine D en ajoutant un flacon entier de 10 ml de gouttes Zyma D à 10.000 UI/ml (code AMM N° 34009.353.583.63). La totalité du flacon correspond à 100.000 UI, c’est-à-dire exactement à la concentration de vitamine D3 contenu dans une ampoule d’Uvedose. L’Uvedose est sur ordonnance alors que Zyma D est en vente libre en pharmacie. Pour plus de renseignements voir le livre chapitre 12 page 211.

    En cas de résistance rare, il est bien d’ajouter matin et soir un apport moyen de 600 mg d’élément Potassium que l’on trouve en pharmacie, sans ordonnance.
  • Les compléments seront pris quotidiennement. Personne n’imagine, arrêter ses médicaments antihypertenseurs, ni ses médicaments antidiabétiques, et encore moins l’insuline injectable dans le diabète de type 1. Les compléments alimentaires, si souvent méprisés, ont une importance incontournable pour préserver notre santé.

Il y a deux précautions à prendre :

  • Adapter les doses de Magnésium en cas d’insuffisance rénale sévère en se basant sur le dosage et la « clearance » de la créatinine.
  • Pour le Potassium, en cas de troubles du rythme cardiaque, prendre conseil auprès de son médecin