Le magnésium

Le magnésium est un métal qui possède 12 électrons. Un électron de plus ce serait de l’aluminium et un de moins du sodium.
Il doit son nom à une ville grecque « Magnesia » qui était très riche en magnésium. C’est le troisième métal le plus important de la mer. Ainsi pour des raisons uniquement commerciales certains fabricants mettent en avant la mer en imprimant « Magnésium Marin ». Ce n’est que du rêve car terrestre ou marin cela ne change en rien ses propriétés biochimiques.

En médecine, le magnésium est utilisé depuis longtemps pour ses vertus « antistress ». Cette approche est très réductrice.

En effet on lit régulièrement que le magnésium est au carrefour de plus de 300 réactions biologiques. Ce métal est aussi indispensable qu’un volant dans une chaîne de montage de voitures. Actuellement on estime que 70% à 90% de la population est carencée en magnésium.

Une particularité : comme beaucoup de vitamines ou de minéraux, le Magnésium n’est pas stocké dans l’organisme (sauf dans l’os, difficilement mobilisable rapidement). Il est aussi indispensable que l’argent « monétaire ». Il n’a pas de banque et se dépense aussi vite que l’argent. Economiser son Magnésium n’a pas de sens.
Etant au carrefour de plus de 300 réactions biologiques, il joue le rôle de cofacteur enzymatique (concept de l’allumette et du bois : sans allumette le bois ne brûle pas). A ce titre, il allume les vitamines (il les active, alors que sans le Magnésium, elles restent inertes).
Par exemple : il est au carrefour de la fabrication du cholestérol. Donc, les carences en Magnésium ralentissent la synthèse du cholestérol et de toutes les molécules qui en dérivent (voir le paragraphe précédent sur la vitamine D).
Toutes les vitamines B, (B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12), ont besoin de Magnésium, pour accomplir leur mission. Les carences en Magnésium abaissent la production d’énergie.
Il doit être le compagnon de votre assiette.(extrait du livre « Réduire au silence 100 maladies avec le régime Seignalet » Jean-Marie Magnien – Editions Thierry Souccar)

On entend souvent dire : « Je ne supporte pas le magnésium ». Cette accusation est due à un manque de connaissances. Le magnésium est une grande famille qui porte des prénoms comme sulfate, chlorure, carbonate, oxyde, lactate, citrate, pidolate, ascorbate, taurinate et glycérophosphate. En chimie le prénom correspond à la notion de « sels ». A titre d’exemple, le sulfate de magnésium qui se trouve dans les eaux magnésiennes des déserts donne 100 % de diarrhées, l’oxyde ou le carbonate 3 à 5 % et le glycérophosphate 0.1 à 0.2 %. Conclusion : il faut tester son magnésium pendant 2 à 3 jours pour vérifier l’absence de troubles intestinaux.

Certains vous disent : « Faites une cure de magnésium ». Ceux-là font preuve d’ignorance. En effet on ne stocke pas le magnésium dans l’organisme. Le surplus est éliminé dans la journée par voie urinaire. Or les carences touchent au minimum 90 à 100 % des personnes âgées. Passée la cure de magnésium, elles perdent les bienfaits en 15 jours à trois semaines comme pour les cures thermales. Donc la prise de magnésium est quotidienne.

Mais quelle posologie ? Dès 13 ans les besoins sont ceux de l’adulte, soit 450 mg de magnésium élément qu’on doit répartir dans la journée : 300 mg le matin et 150 mg le soir. Comme tous les compléments alimentaires, ils sont pris pendant ou à la fin des repas.

Quels bienfaits peut-on tirer du magnésium ? Seul il ne peut pas grand-chose, il est comme nous face à un travail important assumé 24 h sur 24. Il doit toujours être associé à différentes vitamines, aux antioxydants, aux huiles de table équilibrées en omégas 3/6. Notre corps fonctionne comme un moteur de voiture qui a besoin d’allumage (magnésium), de carburant (vitamines), d’huile (huile omégas 3/6) et de pot d’échappement (Antioxydants).

Le magnésium entouré de ce qu’il lui est nécessaire permet de diminuer et le plus souvent de faire disparaître en 3 à 4 semaines les tensions et les crampes musculaires, d’améliorer le stress, de diminuer l’irritabilité, d’apporter un sommeil réparateur, d’augmenter la résistance physique, d’améliorer la qualité de l’os, de prévenir les calculs rénaux, de diminuer les pulsions alimentaires ou tabagiques etc...

Tous ces bienfaits sont encore plus importants si on est raisonnable avec son alimentation : ne pas abuser des produits laitiers qui peuvent donner des troubles intestinaux faits d’alternance de diarrhées et de constipations avec des selles malodorantes ; se limiter à un ou deux verres de vin rouge par jour et être raisonnable sur la consommation du pain. Mais dans le régime Seignalet les produits laitiers et le gluten sont à exclure.

Contrairement à ce qu’on lit trop souvent les formes oxyde et carbonate de magnésium sont cliniquement efficaces. Elles sont naturelles et d’origine marine. Ces formes de magnésium, une fois arrivées dans l’estomac, au contact de l’acide chlorhydrique du suc gastrique, se transforment toutes les deux en chlorure de magnésium.

Trop d’auteurs reprennent des publications erronées. Le magnésium comme la vitamine C n’échappe pas à cette situation. Quand on affirme que la vitamine C empêche de dormir : c’est faux. Une orange ou un kiwi le soir n’a jamais perturbé le sommeil et pourtant ces fruits sont riches en vitamine C (60 à 80 mg pour 100 g).