La maltodextrine

La maltodextrine vient principalement de l’hydrolyse de l’amidon de maïs. L’IG (IG : Index Glycémique qui renseigne sur la capacité à donner du glucose) de la maltodextrine est toujours très élevé. Son faible pouvoir sucrant, c’est à dire son goût très peu sucré, évite les ballonnements si pris pendant un effort. De plus elle se digère assez bien.

Conseil d’utilisation : Bien qu’on la retrouve dans beaucoup de gainers (suppléments nutritionnels pour la musculation ou le sport) en raison de son faible coût, il n’est pas vraiment conseillé de consommer de la maltodextrine du fait de son IG élevé. Elle constitue en revanche, mélangée à de l’eau, une parfaite boisson pour l’effort du fait de son goût neutre et de sa bonne digestibilité, combinés à un IG haut.

Selon La Nutrition de la Force de Julien Venesson, il faut compter environ 50g de maltodextrine par heure d’effort mélangée à de l’eau à une hauteur maximal de 7% (une concentration plus élevée pourrait provoquer des troubles digestifs) .

Julien Venesson est un journaliste scientifique sérieux qui publie le mensuel Alternative Bien Etre Santé.

Remarque de JM Magnien : l’index glycémique de la maltodextrine est de 95. Or ce chiffre pris isolément ne signifie rien s’il n’est pas analysé en regard de la quantité de maltodextrine. On désigne cette quantité par le terme de « charge glycémique ».La maltodextrine est utilisée très souvent dans les compléments alimentaires comme diluant des principes actifs. Ainsi pour nos produits, chaque gélule de Vitamines en contient 200 mg, pour le Magnésium 150 mg et pour l’antioxydant 69 mg. Ces quantités sont négligeables au regard des besoins de 50 g de maltodextrine par heure d’effort physique.

La maltodextrine utilisée dans les compléments est pure, en conséquence ne contient pas de gluten de maïs. Une remarque sur l’amidon de blé, orges, avoine ou seigle, celui-ci peut contenir encore des traces de gluten et représenter un danger de réaction allergique dans un seul cas, celui de la maladie cœliaque.

Enfin pour se positionner vis-à-vis des dangers qu’on nous expose, on peut lire le paragraphe suivant rédigé par Jean-Marie Magnien auteur du livre « Réduire au Silence 100 maladies avec le Régime Seignalet »- Editions Thierry Souccar :

Il y a un principe en science qui consiste à ne pas soumettre aveuglément sa pensée à l’autorité médicale ou médiatique. Cela est essentiel pour garder un esprit critique. Cette approche n’est pas à la portée de tous les lecteurs car il faut avoir de bonnes bases scientifiques en nutrithérapie et dans d’autres domaines pour ne pas se laisser emporter comme une feuille d’automne par un coup de vent d’information. Il m’a fallu plusieurs années pour prendre mes distances vis-à-vis de certains articles qui paraissent dans des publications sérieuses. A noter que je ne prétendrai jamais connaître la vérité à 100 %.

Mais comme toujours pour celui qui doute un million de mots ne suffira pas à la convaincre mais pour celui qui sait un seul mot sera un mot de trop.