Vitamine D

Un article de Jean-Marie Magnien. <Section naturopathie fondamentale>

Elle fait partie des 13 vitamines indispensables au bon fonctionnement de notre organisme.

Sources de vitamine D

- Le soleil : en s’exposant aux beaux jours au soleil à la mi-journée, visage protégé sans aller jusqu’au coup de soleil, la peau synthétise la vitamine D sous l’effet des UV à partir du cholestérol.

Toutefois cette synthèse n’est possible qu’à la condition d’avoir un niveau suffisant d’exposition solaire (UVB). En hiver, au-dessus de la latitude des Pyrénées, cette condition n’est pas remplie.

- Les poissons gras comme le saumon, le maquereau, le hareng, les sardines. Le foie de morue.

Deux formes de vitamine D

La vitamine D2 est d’origine végétale, la vitamine D3 d’origine animale. Lors d’un apport extérieur en vitamines D2 et D3, la quantité de vitamine qui passe dans le sang est très différente selon la forme. On estime que la quantité de D3 qui passe dans le sang est 30 à 40 % supérieure à celle de la forme D2. Une fois passées dans le sang, D2 et D3 vont être transformées pour aboutir à des formes actives proches de la molécule finale : la vitamine D (calcitriol).

  • En cas de dosage sanguin pour évaluer le statut en vitamine D d’une personne, le médecin doit prescrire un dosage D2-D3. Le dosage du calcitriol est réservé à des cas exceptionnels.

 

Interprétation du dosage de la vitamine D (D2-D3) :

Le résultat est exprimé en nanogrammes par millilitre (ng/ml)

Inférieur à 20 ng/ml : carencé (ou inférieur à 50 nmol/l)

Entre 21 et 40 ng/ml : normale basse (ou entre 51 et 99 nmol/l)

Entre 41 et 80 ng/ml : normale (ou entre 100 et 198 nmol/l)

Entre 81 et 100 ng/ml : normale haute (ou entre 199 et 248 nmol/l)

Supérieur à 100 ng/ml : excès. Pour atteindre un excès il faut des apports d’environ 10 000 UI par jour. Ce type d’apport constitue en lui-même une erreur de conseil. En cas de déficit, c’est la forme D3 qui doit être donnée

 

Intérêts de la vitamine D pour les os

L’action de la vitamine D dépasse très largement le métabolisme du calcium et du phosphore. Son rôle vis-à-vis du calcium ressemble à celui d’un réceptionniste d’hôtel, qui consiste à gérer les entrées des clients en fonction des possibilités de l’hôtel. Quand les chambres sont toutes occupées, on n’accepte plus de clients. De même, la vitamine D, sous l’influence d’une hormone, la parathormone (PTH), règle les entrées du calcium en fonction des besoins. Ainsi, prendre beaucoup de calcium ne sert strictement à rien. Comme dans un hôtel, l’organisme affiche complet, on attend que des chambres se libèrent pour faire entrer le client (calcium).

Quand on écrit que la vitamine D fixe le calcium sur l’os, c’est autant imaginer que, dans un hôtel de luxe, le groom qui est sur le trottoir vous conduira dans votre chambre. Il se contente d’ouvrir la porte de la réception.

La vitamine D joue le rôle du groom au niveau de l’intestin grêle ; elle permet le passage du calcium dans le sang à la demande de la parathormone.

Rôle de la vitamine D dans le système immunitaire

L’action de la vitamine D est capitale dans le système immunitaire, elle module son action. Moduler signifie que la vitamine D limite des réactions immunitaires inflammatoires, anormales, qui portent préjudice à l’efficacité des défenses immunitaires. C’est cette action utilisée qui est recherchée en enrichissant des crèmes en vitamine D, pour diminuer l’inflammation dans les psoriasis. On le faisait sans comprendre le mécanisme immunitaire sous-jacent. Cette action de modulation immunitaire se manifeste dès lors que le système immunitaire se mobilise contre des infections diverses (virales, bactériennes…), des cancers, des maladies auto-immunes, etc.

Les doses journalières nécessaires, recommandées par les spécialistes

La dose efficace journalière de vitamine D3 (dose qui permet d’obtenir le taux de vitamine D sanguin optimal), se situe entre 2 000 UI et 4 000 UI (UI = Unités Internationales).

La dose 4.000 UI correspond à la dose limite de sécurité fixée en 2012 par l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments).

Quelques soit la latitude il est judicieux de se complémenter chaque jour en vitamine D. Un mécanisme biologique limite sa production par exposition solaire en tenant compte du taux sanguin. Des carences en vitamine D existe bien sous les tropiques, les habitant ne sont pas 365 jours par an sur la plage mais se protège du soleil.

Comment prendre la vitamine D ?

La méthode la plus efficace reste un apport quotidien et non une ampoule de vitamine D de temps à autres. Pour cela il y a deux façons de procéder en utilisant un produit en vente libre en pharmacie (Zyma D gouttes 10.000 ml. Le flacon de 10 ml contient 100.000 UI).

  • Soit prendre toute l’année 10 à 12 gouttes par jour (3.000 à 3.600 UI) à partir de 15 ans.
  •  Soit mettre la totalité du flacon de Zyma D gouttes (100.000 UI) dans un litre d’huile équilibrée en oméga 3 et oméga 6. La consommation moyenne de cette huile (sous forme de sauce de salade et d’ajouts sur les aliments dans l’assiette) est de 2 à 3 cuillères à soupe. Ainsi on apportera environ 2.000 à 3.000 UI de vitamine D3 par jour.

 

RAPPEL :

Tout cet ensemble fonctionne comme un moteur

Jean-Marie MAGNIEN

Ancien Biologiste des Hôpitaux – Chef de Service

Pharmacien – Nutritionniste – Nutrithérapeute.

Enseignant Universitaire en Médecine Nutritionnelle à Bruxelles

Auteur du livre « Réduire au silence 100 maladies avec le régime Seignalet »

Edition Thierry Souccar 377 pages – 22 €